Fédération Departementale des Chasseurs de la Corse du Sud

La chasse passerelle entre deux mondes, est le coeur de la toponymie en Corse, que les chasseurs se transmettent de génération à génération depuis la nuit des temps.

On l'a appris par certains médias, la municipalité de CUTTOLI-CORTICCHIATO serait le leadership de la toponymie en Corse.



Il est vrai que depuis plusieurs jours, premier magistrat et édiles municipales de ce village de la vallée de la Gravona occupent le devant de la scène...

Il faut se souvenir qu'il y a deux deux ans déjà, certes à l'initiative de cette municipalité, une intéressante manifestation sur le sujet avait réunis une centaine de participants de différents horizons : politique, associatif, culturel, agricole, chasse, pêche en rivière ou autres, avaient débattus sur le sujet animés par d'éminents spécialistes. À la fin de ce débat, riche et varié en interventions, où de nombreuses personnes avaient pu s'exprimer librement , une évidence s'imposait : les chasseurs par leur nombres - ils sont plus de 18 000 dans l'Île - leur connaissance et l'occupation permanente du territoire tout au long de l'année, font d'eux la mémoire vivante naturelle des lieux et les plus aptes à oeuvrer pour la toponymie. Il avait d'ailleurs été décidé en fin de soirée, de tous se retrouver ultérieurement, pour continuer ensemble et finaliser le travail.

Depuis il y a eu, si notre mémoire est bonne, deux autres réunions, mais plus jamais la Fédération Régionale des Chasseurs n'a été invitée à y participer. Pourquoi ? Poser la question, c'est nous semble-t-il y répondre.

Si l'on en croit certains médias, le premier magistrat de cette commune, serait la seule et unique personne, capable de mener à bien cette entreprise. Il est vrai qu'il a qu'il a un sens exacerbé pour se faire valoir. On peut le voir très souvent prendre la pose devant les photographes, éternel agité des journaux télévisés lors des sessions de la CTC, éructant devant les micros tendus qui semblent l'attirer comme des aimants. Eclectique il a réponse à tout, n'hésitant pas à faire siennes les idées des autres, si le besoin et l'envie s'en font sentir. Mais est-ce suffisant pour être l'homme providentiel de la toponymie ?  Nous ne le pensons pas et nous sommes prêts à le prouver, si on nous en donne l'opportunité.